Ecotourisme

Compte tenu des trésors environnementaux dont bénéficie la Colombie il y a un formidable potentiel de développement pour l’ écotourisme et l’agrotourisme, tant au niveau international que national, ce que l’Institut Humbolt résume de la manière suivante : «Le tourisme mais surtout l’écotourisme et l’agrotourisme bien gérés avec des principes et des critères de durabilité sociale, culturale, biologique, commerciale et économique, peuvent induire un développement à tous les niveaux pour stimuler la conservation et l’usage durable des divers écosystèmes du pays». Alors que le développement du tourisme de manière inapproprié peut dégrader les habitats et les paysages, épuiser les ressources en plus de générer du gaspillage et de la pollution, l’agrotourisme et l’écotourisme, sans être des solutions miracle s’imposent peu à peu comme des alternatives de développement économique, social et environnemental durables.

La diversité des paysages est telle que même le site officiel des Parcs naturels nationaux ne peut en donner qu’une petite idée à lui seul. Pour compléter votre visite virtuelle il vous faudra suivre d’autres hyperliens mentionnés ici et là (institutions, associations, blogs de voyageurs, etc. que nous remercions de leur aimable autorisation); les quelques images qui suivent ne sont que de modestes échantillons.

Les couleurs incroyables de l’eau de la Sierra de la MacarenaPhotos Diarios del Caminante

Le désert de la Tatacoa et ses cactus
Photos Diarios del Caminante


Le Paramo – Iguaque
Photos Diarios del Caminante

L’écotourisme et l’agrotourisme sont volontiers mis à toutes les sauces et pratiqués avec plus ou moins de scrupules lorsque c’est à but purement mercantile; Leticia, où le pire côtoie le meilleur et les offres ayant tendance à dériver du côté « aventure » comme un peu partout en Amazonie d’ailleurs, fournit une bonne illustration des dérives possible. Mais il y a aussi de sinistres soi-disant réserves où la nature ne sert que de théâtre à tout et n’importe quoi. Le touriste doit donc être très vigilant sur ce qu’on lui propose s’il ne veut pas se retrouver dans l’un de ces boui-bouis sordides rebaptisés réserves naturelles. A côté de cela il y a de plus en plus de petites propriétés privées qui se sont reconverties, là encore avec plus ou moins de bonheur mais avec le plus souvent la volonté indiscutable de bien faire et dont la proximité des grandes agglomérations leur permet de sensibiliser un public populaire; donc leur rôle n’est pas à dédaigner.

A côté de ces démarches purement mercantiles ou de ces initiatives encore isolées, nous trouvons des formes d’écotourisme et d’agrotourisme beaucoup plus élaborées, encadrées, organisées et à l’éthique irréprochable. Ces formes de tourisme se recoupent parfois mais leur démarche et le public visé sont quelque peu différents. Ce sont des valeurs sûres pour le touriste mais la réservation s’impose, comme nous le ferions en Europe.

Pour simplifier, disons que l’écotourisme proposé par Ecoturs vise avant tout l’amoureux de la nature, aussi préservée que possible. Le public peut être très large – il est en effet très important de montrer les merveilles de la Colombie aux colombiens eux-mêmes, en particulier les jeunes générations, afin d’élever le niveau d’exigence en matière de respect de la nature, et beaucoup plus simplement disons que tout ce participe à l’élévation de l’orgueil national, plutôt mal en point, ne peut être que positif – ou au contraire très pointu lorsqu’il s’agit de touristes étrangers dont on recherche activement le soutien en matière de conservation.

Quant à l’agrotourisme proposé par Agroecoturs, il a un spectre beaucoup plus large. Si on y trouve également des réserves naturelles, il s’agit avant tout d’amener le touriste au contact de la Colombie rurale. Et dans un pays aussi polarisé ville / campagne que la Colombie, autant dire deux planètes qui vivent des réalités quotidiennes radicalement différentes, un tel rapprochement est une voie porteuse d’espoir qu’il convient d’encourager vivement.

 

www.agroecotur.org (espagnol – english)

 

C’est dans cette optique de gestion, de conservation, de protection de la nature et de développement social et culturel durable des communautés qu’Agroecotur invite les touristes à visiter les paysages exubérants de la Colombie et ses gens dont tous les visiteurs s’accordent pour reconnaître la chaleur de leur accueil. Ce réseau regroupe diverses entités qui intègrent le tourisme à l’intérieur des activités des communautés locales en tenant compte des aspects régionaux et du bien-être des populations.

 

Agroecotur met d’avantage l’accent sur les paysages cultivés que sur une nature vierge, son principal but consistant à ce que la population rurale connaisse son environnement et aide à le protéger et le conserver.

 

 

C’est un réseau national de services agroécotouristiques et écotouristiques qui ouvre ses portes à tout ceux qui veulent contribuer et participer au développement rural et humain durable, en tenant compte des dynamiques communautaires et culturelles dans un pays rural riche en paysages et traditions. Vous pouvez trouver avec cet organisme diverses offres touristiques de différents niveaux et proposant des orientations variées: fermes agricoles de culture et d’élevage, réserves naturelles privées et leurs espaces de conservation de la biodiversité, maisons rurales d’artisans et activités manuelles, simples maisons de campagne et leurs activités récréatives, etc. Les tarifs sont très variables en fonction des prestations, mais il y en a pour toutes les bourses.

Vous pouvez consulter le dossier de candidature de Agroecotur au Geotourism Challenge à l’adresse suivante : http://www.changemakers.net/en-us/node/7804 Une documentation complète (40 pages en espagnol) sur les réserves actuellement ouvertes à l’agro-écotourisme est disponible sur demande sous forme de fichier PDF (3,3Mo).

Photo Agroécotour Maison paysanne de Pompasola


Photo Agroécotour Maison paysanne de La posada del compadre

Agroécotour, Ferme agrotouristique de El Rodeo


Agroécotour, Réserve Naturelle de AguasClaras

 

www.ecotours.com.co (espagnol -anglais)

Ecoturs est, pour des raisons juridiques, l’interface commerciale de l’association Proaves, elle chargée de valoriser les réserves naturelles de celle-ci en proposant des séjours écologiques individuels ou en groupe pour observer les oiseaux, principalement, et plus généralement la faune et la flore de Colombie. Pour les inconditionnels des oiseaux (« birdwatchers ou birders ») Ecoturs est sans conteste le meilleur moyen d’observer dans d’excellentes conditions la plupart des espèces endémiques ou rares en compagnie de naturalistes professionnels.

Les prix pratiqués dépendent surtout du type d’hébergement possible suivant l’isolement de la réserve. Pour un visiteur étranger il faut compter aux environs de 50€ par jour et par personne, en plus des frais d’accès. Ces tarifs ne sont pas à la portée de toutes les bourses mais sont comparables à ce qui est pratiqué en Equateur, par exemple. Les colombiens et en particulier les enfants, bénéficient quant à eux de tarifs nettement plus accessibles. Il faut donc bien comprendre que l’on n’est pas dans une approche marchande mais bien d’éducation, de protection et de valorisation vis à vis des communautés locales dans une optique de développement durable. De plus il faut savoir que 25% des bénéfices sont directement investis dans des projets de conservation ou utilisés pour acheter de nouvelles terres mises en réserves.

Petit tour des réserves Proaves – Ecoturs et de leurs habitants

NB: toutes ces photos sont disponibles dans une meilleure résolution sur le site Ecoturs. Vous pourrez y observer des stars comme

  • les Toucans, Perroquets, Colibris et autres raretés, certaines fraîchement découvertes ou redécouvertes

Toucan
Perroquets

Colibri

  • mais aussi des mammifères, gros et petits

ours

  • des amphibiens, des reptiles, des papillons…

grenouille

  • sans oublier la flore qui elle aussi a ses stars, les orchidées.

orchidée

  • Ce sont aussi des structures d’accueil, pour les touristes, l’éducation, la protection et la recherche.

Laisser un commentaire