Poteries de Colombie

Les poteries précolombiennes

Selon les recherches archéologiques il est établi que dans le territoire colombien la céramique date de 3500 ans avant notre ère. La céramique apparaît avec la vie sédentaire et avec elle l’agriculture, l’élevage et la division du travail. L’ensemble de cultures préhispaniques possède une belle production destinée à divers usages, domestique ou cérémonial, en intégrant les représentations magiques, mythiques et religieuses. Elles utilisaient des techniques communes comme le modelage à la main et le séchage au soleil, mais avec chacune avec ses particularités et sa propre identité définie par la forme, la texture, la couleur et la décoration. Le potier précolombien utilisait trois éléments dans la composition de la pâte pour élaborer la céramique: l’argile, l’eau et le dégraissant, ce dernier avait comme fonction d’éviter que l’argile ne se brise pendant la cuisson. Pour cela il utilisait le mica, le sable,des matières organiques, des cendres ou des coquillages.

Les cultures Calima,Tumaco, Narino,Quimbaya,Sinu,Taironaet Muisca furent des peuples d’un important développement potier. Si une bonne partie de leurs objets étaient destinés à servir comme outils dans la vie quotidienne (vases, coupes, amphores, marmites, etc.), ou encore d’instrument musicaux (diverses flûtes, ocarinas, tambourins, etc.) d’autres vont former tout un répertoire d’objets festifs et cérémoniaux comme par exemple les urnes funéraires.

Grâce à leur isolement et au nomadisme, certaines tribus ont réussi à échapper à l’emprise du colonisateur en conservant jusqu’à aujourd’hui leurs anciennes traditions à travers leurs productions matérielles comme l’on font les Kogis, Sikuanis, Tunebos, Tukanos et Emberàs, entre autres. On trouve aussi aujourd’hui 4 centres de production de céramique artisanale : Raquira, Chiquinquirà (Boyaca), La Chamba (Tolima) et Pitalito (Huila) chacun avec ses propres techniques, formes et couleurs.qui perpétuent l’art et l’identité populaire.

Les types de poterie de Colombie

Vous trouverez dans notre boutique 3 types de poteries de Colombie :

  • des créations modernes mais qui s’inspirent fortement de l’art précolombien, que ce soit par la technique de fabrication ou dans le choix du décor, parfois artificiellement vieillies (Frutas, Noche clara et Nueva era) ou décorées de fibres de caña flecha (collection Botero). Certaines de ces créations sont le fruit d’une collaboration exemplaire entre potiers et archéologues (collection Piedra ayant permis de retrouver les mélanges d’argile et les techniques utilisés pour confectionner les originaux. La texture marbrée ainsi obtenue est tout à fait remarquable

  • des répliques précolombiennes. L’imitation est tellement parfaite qu’il faut un permis spécial et onéreux pour les exporter. Cette contrainte vise à limiter le trafic d’objets archéologiques, la Colombie comme tous les autres pays colonisés ayant déjà été largement dépossédée de son patrimoine archéologique malgré tout ce que l’on peut encore admirer dans ses musées. A titre indicatif, le prix de telles répliques précolombiennes est environ le dixième de celui des pièces originales  lorsqu’elles sont mises en vente. L’objectif de telles répliques est de sensibiliser les collectionneurs aux conséquences de leurs achats d’objets authentiques qui alimentent un trafic juteux mais dévastateur que ce soit pour l’environnement ou la mémoire collective de leurs propriétaires légitimes pour lesquels ces objets peuvent avoir une toute autre signification que pour un collectionneur, même averti. De plus cela contribue à donner un travail  dans des conditions tout à fait correctes à une petite équipe d’artisans. Mais il faudra sûrement du temps avant de convaincre la communauté des collectionneurs, les musées devant d’abord montrer l’exemple, une démarche qui se met tout doucement en place.Pour avoir une petite idée de l’ampleur du problème, il suffit de faire une recherche sur internet à partir des termes « objets » ou « répliques » + « précolombien(ne)s » . On consultera en particulier le lien suivant : icom.museum/press/am_lat_more_fr.html

  • les poteries de La Chamba, sont traditionnellement des poteries culinaires largement distribuées en Colombie mais leur aspect décoratif leur vaut aujourd’hui une notoriété à l’étranger qui pourrait bien être leur pire ennemi. Le faible coût de production de ces poteries indirectement subventionnées en fait un produit de rêve pour profiteurs en tous genres, y compris sous couvert de « commerce équitable » et pouvant compter sur des complicités haut perchées, l’avenir de cette communauté de potiers étant bien le cadet de leurs soucis.  Nous leur consacrons une page spécifique, « poteries de La Chamba » pour évoquer ces problèmes et vous conseiller au mieux sur leur utilisation.

Laisser un commentaire