Tourisme

Tourisme en Colombie

 

Notre objectif n’est pas de nous substituer aux guides de voyage, que ce soit pour les sites naturels ou culturels valant le détour ou pour les hôtels et restaurants des principaux sites touristiques. Nous nous bornerons ici à vous donner quelques conseils de bon sens pour faciliter vos projets. Sur la page Géographie vous trouverez plusieurs cartes de Colombie et autres informations qui peuvent vous aider dans vos projets.

Question de bon sens

Tout d’abord, s’il s’agit de votre premier voyage en Colombie, il faudra vous demander jusqu’à quel point vous êtes influencés par tout ce que vous avez pu entendre sur la Colombie. Si vous êtes tentés d’investir dans un gilet pare-balles ou d’avaler votre carte de crédit, franchement choisissez une autre destination, vous y passerez de bien meilleures vacances.

En clair, si vous n’avez jamais voyagé hors d’un pays comme la France et ne maîtrisez pas l’espagnol, la Colombie n’est peut-être pas le pays par lequel vous devriez commencer. Non pas que la Colombie soit particulièrement dangereuse, mais il est important de bien comprendre que comme partout il y a des règles de bonne conduite à suivre et que ce ne sont les mêmes que dans votre pays d’origine, or c’est la première leçon que doit assimiler tout voyageur, a fortiori s’il est autonome.

Au contraire, les voyageurs un tant soit peu expérimentés ont plutôt tendance à déborder de commentaires positifs sur la Colombie et ses habitants (vous trouverez sans peine de tels rapports sur internet) ; le jeune âge des voyageurs n’y est sans doute pas étranger. Conclusion, il y a deux extrêmes à éviter : la paranoïa et l’inconscience.

On relate peu d’incidents avec des touristes étrangers et à notre connaissance toujours dans des régions où justement il y a de bonnes raisons de bien comprendre les règles locales. Il nous est ainsi arrivés de croiser la route de jeunes gens absolument adorables mais n’ayant aucune conscience de la réalité qui les entourait. Heureusement pour eux, de tels innocents ont le don de s’attirer les bonnes grâces locales et se voient souvent offrir bien plus que l’hospitalité, mais à leur insu !

Tourisme en Colombie : culture

Serez-vous plutôt musées prestigieux ou villages pittoresques ?

A l’heure actuelle les possibilités de voyage clé en main à partir de la France sont encore assez réduites. Par contre si vous vous sentez capable d’aller au moins d’un aéroport à un hôtel vous augmenterez nettement vos possibilités. Vous devriez même être capable de faire toutes vos réservations (avion, hôtel, voyages) sur internet, pour peu que l’espagnol (ou à défaut l’anglais) ne soit pas un problème pour vous.

Si la culture est votre priorité (cf. rubriques Arts et Culture>les musées) votre séjour sera essentiellement urbain et pour le reste vous trouverez sans peine des voyages organisés à partir des principales villes. Il vous suffit de respecter quelques règles de bon sens.

Ne faites pas la fine bouche sur les précautions que prennent tous les colombiens qui ont un tant soit peu à perdre. Lorsque c’est possible, réservez vos taxis par téléphone, on vous communiquera son numéro d’identification. A l’aéroport ou dans les centres commerciaux vous trouverez également une station de taxi où tous les déplacements sont enregistrés. Profitez en aussi pour y faire vos retraits aux nombreux distributeurs de billets (caja automatica). Que cela ne vous empêche pas de prendre un taxi à la volée dans la rue, ou encore les bus locaux, le transmillenium à Bogota, etc. Mais il est évident que ces précautions contribuent à rendre les villes plus sûres pour tout le monde.

Tourisme en Colombie : nature

Montagnes, côtes et îles, forêts humides, savanes, déserts… il n’y a que l’embarras du choix.

Si vous êtes plutôt orientés écotourisme, vous trouverez maintenant des packages qui vous permettront de vous en mettre plein les yeux en un minimum de temps et sans effort de votre part. Bien sûr cela suppose un certain budget, mais pas d’avantage que dans les pays voisins pour des prestations équivalentes (cf. rubriques Nature>Ecotourisme et Nature>Parcs nationaux ). Et puis si votre temps de vacances est très limité cela reste la meilleure solution.

Si par contre vous désirez être autonome, cela suppose du temps pour chasser le meilleur tarif aérien, réserver vos séjours, obtenir diverses autorisations de séjours, etc. L’espagnol et un peu d’expérience sont des gages de réussite. Il est clair que vous pourrez ainsi voyager à moindre frais mais il faut vous préparer à passer plusieurs jours à Bogota, principalement.

Enfin pour un séjour tranquille, il y a une règle d’or à respecter : toujours s’enquérir de la situation locale où vous voulez vous rendre et ce par diverses sources non intéressées (administration des parcs nationaux, police, mairies, etc.). Si pour une raison ou pour une autre l’une de vos sources est ne serait-ce que réservée sur la sécurité de votre déplacement ou de votre séjour, abstenez-vous, tout simplement. Lorsqu’on est habitué à voyager sans restriction c’est assez frustrant, mais il y a quantité d’endroits magnifiques à visiter en toute tranquillité alors inutile de jouer les Indiana Jones, surtout si vous avez de l’équipement de valeur (dans la mesure du possible privilégiez l’avion pour les longs déplacements, cela réduira votre niveau de stress !).

Ensuite une fois sur place, nous vous recommandons de vous faire systématiquement accompagner par un guide local. Il y a à cela bien des avantages. Le salaire d’un guide est en général modeste par rapport à l’ensemble de votre budget, vous contribuez ainsi à donner du travail dans le secteur de l’écotourisme et à valoriser la nature. Enfin, quelles que soient les compétences de votre guide il connaît au moins la région et ses habitants ; c’est un sésame qui vous fera gagner bien du temps, vous évitera peut-être des erreurs de grand voyageur débutant et dans tous les cas vous apprendra des tas de choses (le niveau de connaissance des guides est très variable, mais vu les tarifs demandés vous ne pouvez décemment pas vous attendre à des spécialistes en écologie et partagez votre savoir, dans la bonne humeur, à la colombienne !).

Sachez également qu’en Amazonie en particulier, même les indigènes se perdent en forêt tout en laissant des traces pour pouvoir retrouver leur chemin, mais contrairement à vous ils sont capables de survivre plusieurs jours en forêt, aussi ne vous avisez pas de partir seul en forêt à moins d’être dans une zone aménagée pour l’écotourisme. Cela dit, tous les ans des voyageurs solitaires, y compris de jeunes femmes, arpentent le pays sans que rien de fâcheux ne leur arrive ; c’est avant tout une question d’expérience.

La sécurité absolue n’existe nulle part, pas plus en France qu’en Colombie. Il y a simplement des risques propres à chaque situation dont il s’agit de bien comprendre la nature ; le reste est affaire de bon sens.

Liberté d’expression

Un dernier conseil : la Colombie n’est pas l’Iran ou la Birmanie, loin de là, mais faites preuve d’un minimum de retenue si vous avez envie d’aborder le chapitre politique avec vos interlocuteurs colombiens. Vous risquez en effet de les mettre dans des situations embarrassantes dont vous ne saisissez pas tous les aspects. Pour vous, touristes de passage, le risque est nul, mais pas pour vos interlocuteurs qui vivent sur place, en particulier en milieu rural où tout se sait rapidement.

Laisser un commentaire